C’est pas tellement le temps qui ça prendra qui compte. Ce qui compte c’est que je sais qu’un jour, toi et moi on se retrouvera. Peu importe si ce jour c’est demain, dans vingts ans ou dans une autre vie, je te promets que ce sera les plus belles retrouvailles de tout les temps. Et attendant je sais que t’es la deuxième partie de moi-même et que je suis la tienne, j’ai reconnus tes yeux. Alors peu importe, puisque t’existes.

Je ne t’oublierai jamais.

Ce regret, toujours, de ne pas aimer suffisamment. De rester en lisière… Le manque de toi, je l’ai eu. Je ne l’avais plus. J’aurais voulu l’avoir toujours. C’est ce manque qui me manquait, mais ce manque, ce n’était déjà plus toi.

Claudy Gallay - Les deferlantes

Il est des silences, parfois, qui blessent plus sûrement qu’un injure.

Philippe Besson

Quand ils me demanderont ce que j’ai préféré… Je leur dirai que c’était toi.

La cité des anges

Mais quand même : Comment est ce qu’on fait, quand on est si mal, pour avoir l’air si content ?

Justine Lévy

L’attachement est une absurdité, une incitation à la douleur. Les êtres s’attachent et deviennent dépendant les uns des autres à tel point que lorsque l’un vient à partir, le monde s’écroule autour de l’autre.

Marc Lévy